L’Assemblée des Départements de France présente son nouveau guide méthodologique numérique

LAssemblée des Départements de France (ADF) a présenté, lundi 27 mars devant plus de 40 partenaires (Départements participants, associations de coopération internationale, ONG, Ministère des Affaires Etrangères, Agence Française de Développement….) son nouveau guide méthodologique numérique sur la coopération internationale pour la lutte contre les exclusions.
Ce guide s’inscrit dans la continuité de Terrinclus, démarche de recherche-action sur la coopération internationale initiée par l’ADF en 2013. Le projet a orienté sa réflexion sur les initiatives de coopération internationale en matière d’action sociale, axe majeur d’intervention des politiques départementales, selon un postulat de départ : partager les bonnes pratiques et apprendre de l’autre.

Réunissant 8 Départements (Aude, Loire-Atlantique, Meurthe-et-Moselle, Pas-de-Calais, Savoie, Yvelines, Territoire de Belfort, Val-de-Marne), des associations et des ONG, la démarche avait trois objectifs :
– Favoriser la mise en œuvre de projets dans le domaine de l’accès aux droits et la lutte contre les vulnérabilités ;
– Améliorer les modalités de construction, mise en œuvre, suivi et évaluation de projets de coopération internationale dans ce domaine ;
– Alimenter les réflexions menées par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour la mise en œuvre locale de l’Agenda mondial du développement durable.

En mars 2015, l’ADF réalisait, avec l’appui du ministère des Affaires étrangères et du Développement international et de l’Agence Française de Développement, l’étude Agir en coopération pour un développement local durable et inclusif.

Le guide diffusé aujourd’hui permet d’aller plus loin dans l’action. Composé, à terme, de 12 fiches de capitalisation méthodologique des démarches pilotes menées par les Départements et leurs partenaires, il explore différentes thématiques : construction d’une plateforme d’échanges sur l’implication politique de la jeunesse, mise en place de chantiers d’insertion à l’international, mobilité internationale de jeunes en insertion, regard croisé entre professionnels de l’action sociale sur leurs dispositifs respectifs…

Il dresse une série d’enseignements et de recommandations sur les différentes étapes d’un projet :
– La construction d’un partenariat pluri-acteurs ;
– L’implication des populations vulnérables en tant qu’acteurs du projet ;
– Le travail en transversalité entre services de la collectivité ;
– L’évaluation des impacts, en France, du projet de coopération ;

Les collectivités peuvent à présent, s’en inspirer pour initier et monter leurs propres projets de coopération dans ce domaine, en vue « d’apporter des réponses partagées au défi commun » de l’insertion sociale et professionnelle des personnes vulnérables.

Pour aller plus loin :

Les commentaires sont fermés.