Maroc : une webradio

Maroc : une webradio au service des citoyen-ne-s

Au Maroc, le paysage médiatique est restreint aux secteurs publics et privés et ne satisfait pas les citoyens marocains, qui se tournent vers les médias étrangers diffusés par satellite.

Conscients de l’importance que les citoyens s’approprient leurs médias, à plus forte raison dans un contexte de crise politique et sociale, les acteurs du portail de la société civile « Maghreb-Machrek E-joussour » engagent, à partir de 2011, un plaidoyer pour une reconnaissance juridique des radios associatives.

Parallèlement, E-joussour profite du vide juridique sur internet pour lancer en mars 2013 la première radio associative au Maroc : la webradio Joussour [1]. Cette radio participative, ouverte à toutes les composantes de la société civile, dispose de 16 antennes régionales et présente une information alternative et citoyenne, sur diverses thématiques liées aux droits de l’homme, tout en donnant une voix aux mouvements sociaux, dans des formats privilégiant l’interactivité et la proximité.

Depuis, le Maroc s’est enrichi de 69 webradios [2], réparties sur tout le territoire, avec différentes vocations et thématiques : la jeunesse, la justice climatique, les personnes en situation de handicap, les femmes, la culture amazighe, la culture hassani, la citoyenneté et l’éducation aux droits de l’homme… La dernière en date est la webradio Mères en Ligne [3] qui vient donner une voix aux mères célibataires, catégorie traditionnellement rejetée par la société et classée dans le registre du tabou au Maroc. Grâce à cette radio, les mères célibataires se réapproprient la parole dans l’espace public et sensibilisent les acteurs locaux et l’opinion publique sur leur exclusion. La radio est aussi un outil de plaidoyer pour la protection de leurs droits : une première, non seulement à l’échelle nationale, mais de toute la région Maghreb-Machrek !

Grâce aux webradios, les communautés marginalisées trouvent un média à leur disposition, reflétant leurs préoccupations et revendications. Même si leur audience se trouve encore limitée, compte tenu du taux d’analphabétisme, du coût des équipements et de la fracture numérique, ces webradios jouent un rôle essentiel pour faire connaître la situation des exclu-e-s et des discriminé-e-s et ainsi favoriser l’aboutissement des luttes qu’ils mènent, pour une société juste et inclusive.

Les commentaires sont fermés.